Les marchés financiers américains n’ont aucun rapport avec la réalité – Paul Craig Roberts et Dave Kranzler


MISE A JOUR : 7 novembre 2014

La demande de pièces de monnaie-lingot a obligé la Monnaie royale canadienne de mettre la pièce de 1 once en argent fin – Feuille d’érable – en « décision d’attribution », ce qui est une forme de rationnement. La baisse de 40% du prix de l’argent dans les quatre derniers mois n’a pas entrainé une baisse de 40% du prix des pièces d’argent. La prime sur les pièces a augmenté alors que la demande dépasse l’offre.
[Anglais] “Global Scramble” For Silver – Coins “Hard To Get,” “Premiums Likely To Jump”
Tout comme le prix de l’or, le prix de l’argent est manipulé vers le bas par des ventes de contrat papier à terme à découvert nus. En permettant que le prix des lingots soit déterminé par l’impression de contrat papier qui sont proposés comme de réels lingots, ces contrats étant ensuite déversés sur les marchés à terme, les autorités sont en mesure de déjouer la loi de l’offre et de la demande. Un jour, peut-être, les économistes le remarqueront. Un marché à terme dans lequel les contrats à découverts peuvent être utilisés pour pousser vers le bas les prix n’est pas un marché légitime. Les marchés à terme de New-York et Londres sont des « marchés » conçus pour permettre le contrôle des prix des lingots.


MISE A JOUR : 7 novembre 2014

Selon cette actualité :
[Anglais] SILVER SHORTAGE? What Does It Mean?
La Monnaie des États-Unis a suspendu la vente de pièces dites « Aigle d’Argent » par ce que l’approvisionnement d’argent n’est pas suffisant pour satisfaire la demande. Alors, nous avons ici une impossibilité d’une forte demande, pas d’offre, une baisse du prix de l’argent, et une augmentation des primes sur le prix des pièces existantes. La seule raison pour laquelle le prix de l’argent peut baisser dans de telles circonstances est qu’il est poussé vers le bas par des manipulations illégales.


MISE A JOUR : 6 novembre 2014

Zero Hedge indique que jour après jour, des ventes massives de contrats d’or à découvert nues surviennent lorsque l’activité du marché est faible ou inexistante.
[Anglais] Because Nothing Says « Best Execution » Like Dumping $1.5 Billion In Gold Futures At 0030ET

Le graphisme suivant montre les variations du prix de l’or intrajournalières sur une période de cinq ans. Quand les marchés de l’or physique asiatiques sont ouverts, le prix monte. Quand les marchés asiatiques sont fermés et que les marchés d’or-papier sont ouvert, le prix de l’or diminue.
[Anglais] Proof That Gold Is Manipulated Using Paper Gold

Plus tôt dans la matinée du 5 novembre, juste après minuit pendant une période de faible activité du marché, 27,44 tonnes de contrats d’or papier ont été déversés dans le marché nocturne du COMEX pendant une période de 5 minutes, suivie par 14 tonnes au lever du soleil, pour des ventes de contrats à terme représenta 41,44 tonnes d’or. Comme nous l’avons précisé à de nombreuses occasions, le seul objectif d’une telle activité est de pousser vers le bas le prix de l’or.

La preuve d’une manipulation illégale est sans appel. Pourtant, rien n’est fait à ce sujet, parce que la manipulation fait parti de la stratégie des autorités financières pour maintenir le château de cartes financier, qu’ils ont construit, debout aussi longtemps qu’ils le peuvent. Comme le Dollar fait parti de ce château de cartes, soutenir le Dollar, sans considération de la loi ni de la morale, est considéré comme un impératif. Aux États-Unis, l’état de droit est mort.


Les marchés financiers américains n’ont aucun rapport avec la réalité

Publié le 4 novembre 2014

Comme nous l’avons démontré dans des articles précédents, les banques du COMEX (principalement JP Morgan, HSBC, ScotiaMocatta, Barclays, UBS, and Deutsche Bank), agissant probablement comme agent de la Réserve Fédérale ont systématiquement tiré vers le bas le prix de l’or depuis septembre 2011. L’endiguement des prix de l’or protège le Dollar contre la croissance invraisemblable de la masse monétaire en Dollar et de la dette libellée en Dollar.

Il est possible de contenir le prix de l’or en dépit de la croissance de la demande, parce que le prix n’est pas déterminé par le marché de l’or physique, dans lequel l’or est réellement acheté et transporté. Au lieu de cela, le prix de l’or est déterminé par les marchés spéculatifs à terme dans lesquels les paris sont placés selon la direction que prend le prix de l’or. Presque tous les paris sur les marchés à terme sont réalisés en monnaie, pas en or. Le règlement des contrats en monnaie sert à découpler la fixation du prix du marché physique.

Le règlement en monnaie rend possible l’impression d’énormes quantités de contrats à terme à découvert, ou « nues », d’or papier, pour être immédiatement déversés sur les marchés à terme lorsque l’activité du marché est faible. En augmentant l’offre d’or papier, les importantes ventes poussent vers le bas le prix des contrats à terme, et ce sont le prix des contrats à terme qui déterminent le prix des lingots.

Le fait que le prix de l’or est déterminé par un marché papier, dans lequel il n’existe aucune limite d’approvisionnement de contrat papier pouvant être créés, produit l’étrange résultat que la demande de lingots physique est tout le temps élevée, dépassant la production mondiale, mais que le prix continue de baisser ! La demande asiatique est forte, particulièrement de la part de la Chine, et les stocks de pièces Aigles d’Or et Aigles d’Argent de la Monnaie Nationale partent à vue d’œil dans des quantités record ; cependant les prix de l’or et de l’argent baissent jour après jour.

La seule explication possible est que le prix des lingots n’est pas déterminé par un marché réel, mais dans un marché papier truqué dans lequel il n’y aucune limite à la possibilité d’imprimer de l’or papier.

Les Chinois, les Russes, les Indiens sont ravis que les autorités corrompues américaines rendent possible pour eux d’acheter des quantités toujours plus importantes d’or à des prix toujours plus bas. Le marché truqué est parfaitement acceptable pour les acheteurs de lingots, tout comme il l’est pour les autorités chargées de protéger le Dollar d’un marché de l’or en hausse.

Néanmoins, une personne honnête pourrait penser que l’incohérence d’une demande élevée avec une offre limitée et des prix en baisse devrait éveiller l’intérêt des économistes, de la presse financière, des autorités financières, et des commissions du Congrès.

Où sont les recours collectifs des compagnies minières contre la Réserve fédérale, ses agents bancaires du COMEX, et de tous ceux qui nuisent aux intérêts des compagnies minières en vendant de l’or avec des contrats à découvert ? Truquer les marchés, particulièrement à l’aide de délits d’initiés, est illégal et hautement immoral. Les ventes à découvert nues causent des préjudices aux intérêts miniers. Quand le prix de l’or descend en dessous de 1.200$ l’once, beaucoup de mines deviennent non rentables. Elles ferment. Les mineurs se retrouvent au chômage. Les actionnaires perdent de l’argent. Comment est-il possible qu’un marché et des cours aussi clairement truqués puissent perdurer ? La réponse est que les systèmes, politique et économique, des États-Unis sont submergés de corruption et de criminalité. La politique de la Réserve fédérale consistant à truquer des obligations et les prix de l’or, et à fournir des liquidités pour les marchés spéculatifs, a pénalisé l’économie américaine et dix millions de citoyens américains afin de protéger quatre méga-banques de leurs erreurs de leurs infractions. Cet usage de la politique publique à des fins privées est sans précédent dans l’histoire. Les responsables devraient être arrêtés et trainés devant les tribunaux et poursuivis pour dommages et intérêts.

Les pouvoirs publics des États-Unis utilisent le Groupe de travail sur les marchés financiers, le swap de devises, la politique de la Réserve fédérale, et l’achat de contrats à terme du S&P pour soutenir un taux de change artificiel du Dollar et pour fournir des liquidités en quantité suffisante pour soutenir les prix des actions et obligations. Les prix de ces derniers sont si artificiellement élevés que les épargnants perçoivent des taux intérêts réels négatifs sur leur épargne.

Les autorités ont créé un système financier totalement déconnecté de la réalité. Quand les autorités ne pourront plus maintenir le château de cartes debout, l’effondrement sera extrême.

C’est grâce à la complicité des économistes, l’incompétence de la presse financière, et la corruption des pouvoirs publics et des organismes privés que ce château de cartes à été construit. Les dirigeants d’une poignée de méga-banques qui ont créé le problème sont les mêmes qui dirigent le Trésor des États-Unis, la Réserve fédérale de New-York, les organismes de régulation financière. Ils utilisent le contrôle qu’ils ont sur la politique publique pour se protéger eux et leurs organismes de leur propre comportement imprudent. Le prix de cette protection est payé par l’économie américaine et les citoyens ordinaires, et le prix grimpe de jour en jour.

La dernière manipulation pour faire baisser le prix de l’or est reliée à deux événements (voir le graphisme ci-dessous). L’un est que la Réserve fédérale a décidé de stimuler la hausse du taux de change du Dollar par un effet d’annonce, par la Fed, de la fin l’assouplissement monétaire (Quantitative Easing). L’annonce de la fin de la création de Dollars afin de soutenir le prix des obligations a atténué l’inquiétude croissante dans le monde au sujet de la valeur du Dollar alors que l’afflux de nouveaux Dollar continue d’augmenter plus rapidement que la production de biens et de services aux États-Unis. La Fed a renforcé l’effet produit par cette annonce sur le Dollar en commandant à ses agents bancaires du COMEX de faire baisser le prix de l’or par des ventes à terme à découvert nues.

Comex Gold Futures - December Contract 60 minutes intervals - Oct 24 thru Oct 30

Comex Gold Futures – December Contract
60 minutes intervals – Oct 24 thru Oct 30

Les ventes à terme à découvert nues ont été aussi utilisées pour compenser l’effet, sur le prix de l’or, de l’annonce surprise de la Banque du Japon, le 31 octobre, d’un nouvel assouplissement monétaire massif. Apparemment, la Banque du japon a été poussée par Washington à gonfler la devise japonaise afin de soutenir la valeur du Dollar, ou bien elle applique une politique basée sur la courbe keynésienne de Phillips selon laquelle une inflation de 2-3% dope la croissance économique. Le Japon a connu un marasme économique pendant longtemps et en est réduit à des remèdes de type « poudre de perlimpinpin », de la période ante-Reagan, dans une tentative désespérée pour relancer son économie.

L’annonce du Japon d’une création monétaire infinie aurait pu faire monter le prix de l’or. Pour empêcher cette augmentation, à 3h00 du matin (heure de New-York), pendant une des dernières période de transaction à terme de l’or, le marché à terme électronique (GLOBEX) a été concerné par la vente de 25 tonnes d’or papier de contrats à terme à découvert du COMEX, ce qui a fait baissé le prix de l’or de 20$. Aucun vendeur sain d’esprit ne détruirait son propre capital en vendant ses actifs de cette façon.

Le prix de l’or s’est stabilisé puis est reparti à la hausse, mais à 8h du matin (heure de New-York), et 20 minutes avant l’ouverture du marché à terme de New-York (COMEX), 38 nouvelles tonnes d’or papier de contrats à terme à découvert ont été vendus. Le seul objectif possible d’une telle transaction est de faire baisser le prix de l’or. A nouveau, aucun investisseur sain d’esprit n’aurait déchargé une telle quantité de ses avoirs de cette façon, essorant ainsi son propre patrimoine.

Comex Gold Futures - December Contract 10 minutes intervals - Oct 30 - Oct 31

Comex Gold Futures – December Contract
10 minutes intervals – Oct 30 – Oct 31

Les États-Unis sont prétendument le berceau de l’économie scientifique avec une prédominance des récipiendaires du Prix Nobel d’économie. En dépit de ces qualifications supérieures, les prix de l’or, de l’argent, des actions, des obligations qui sont fixés aux États-Unis n’ont aucun rapport avec la réalité économique, et les économistes américains ne le remarquent pas.

Le découplage des marchés de l’économie réelle ne perturbe ni les décideurs politiques ni les économistes, qui promeuvent les intérêts du gouvernement et des ses groupes d’intérêts alliés. Il en résulte que l’économie est un château de carte.


Article original en anglais.

Ce contenu a été publié dans Articles, Paul Craig Robert, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>